Diagnostic Territorial Deux-Sèvres

Stratégies des acteurs de la méthanisation agricole autour des Deux-Sèvres

La baisse de rentabilité des structures agricoles pousse de plus en plus les agriculteurs à diversifier leurs activités. L’une des stratégies qui peut être adoptée par les agriculteurs est de mettre en place une unité de méthanisation au sein de leur structure agricole. Ainsi, la production d’énergie renouvelable (biogaz) leur apporte un revenu secondaire tout en valorisant une partie de leurs déchets agricoles.

Une série de 41 entretiens, dont 23 entretiens semi-directifs auprès d’agriculteurs ayant adopté la méthanisation, ont été réalisés dans les régions Nouvelle-Aquitaine (Deux-Sèvres, Vienne, Charente-Maritime) et Pays de la Loire (Vendée). L’objectif était de caractériser la filière de méthanisation agricole et son développement.

Ainsi, nous avons pu mettre en lumière les motivations économiques ou écologiques qui ont poussé les agriculteurs à mettre en place une unité de méthanisation, tout comme les difficultés rencontrées lors de leur projet. La rencontre avec d’autres acteurs, notamment les acteurs conseillers, administratifs, financiers, associatifs ou encore les syndicats, a permis de comprendre l’articulation des jeux d’acteurs autour de cette filière. En effet, les agriculteurs sont fortement aidés dans leurs projets, notamment financièrement par le biais des subventions accordées par l’Union Européenne, l’État ou encore les régions, car le secteur en est encore très dépendant.

La méthanisation nécessite l’utilisation d’intrants pour alimenter le méthaniseur. Ces apports sont ancrés à l’échelle locale puisque ces matières variées proviennent principalement des fermes et collectivités avoisinantes. La méthanisation produit différents éléments qui sont : l’électricité (dans le cas de la méthanisation à cogénération), le gaz (dans le cas de l’injection) et le digestat (liquide et/ou solide).

L’électricité et le gaz vont ainsi alimenter les habitants proches et le digestat peut être épandu sur les terres agricoles et ainsi limiter l’utilisation d’azote chimique.

Les enjeux du développement de la méthanisation agricole sont principalement liés à l’évolution de l’implication des distributeurs d’énergies et des organismes de subventions. En effet, l’État considère que le montant des investissements pour la création d’une unité de méthanisation va chuter, bien que l’obligation d’achat des énergies produites soit toujours de mise, les prix de rachat de l’électricité vont diminuer progressivement. Dans le même temps les subventions accordées par l’Europe, l’État ou la région vont également suivre cette tendance dans l’objectif d’amener l’indépendance de l’implantation des unités de méthanisation. Concernant le rachat du gaz, la clause de réfaction permet la prise en charge partielle du prix du raccordement de l’installation au réseau de gaz ce qui facilite la mise en place de projets d’injection, les rendant plus attractifs que la cogénération.

Étude réalisée par la promotion 2018-2019 du Master 2 Espace et Milieux, sous la direction de François Bouteau, Denis Chartier et Étienne Grésillon :

  • Abderraouf Ayad
  • Mélodie Bintein
  • Sarah Cardonnet
  • Quentin Duval
  • Eve Espinosa
  • Alizée Faussat
  • Clémence Gabriel
  • Amandine Gallois
  • Thomas Lattuga
  • Héloïse Louiset
  • Nicolas Quaghebeur
  • Alice Rouffy
  • Margaux Sauvage
  • Romain Sivelle.

Date du projet : 2018
Financement : LADYSS et LIED
Partenaire : Master 2 Espace et Milieux de l’Université Paris Diderot

Contact : pascal.grouiez(at)u-paris.fr

Rapport final : Télécharger le rapport

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search